«

»

Médaille Senghor, la plus haute distinction de la Francophonie décernée à Boureima Jacques KI, Secrétaire général de la CONFEMEN

Anniversire Mathieu & Papy Super Koné

La Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean, a décerné la médaille Senghor à M. KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN en fin de mission après 2 mandats de 4 ans.

La cérémonie de distinction a eu lieu le 4 décembre 2018 au siège de l’OIF à Paris en présence de l’Administrateur de l’OIF, des Représentants de l’Ambassade du Burkina Faso en France et d’une forte délégation de la CONFEMEN présente à Paris dans le cadre de la réunion du Comité scientifique du PASEC (Programme d’analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN).

Mme Jean a loué les qualités professionnelles de M. KI qui ont permis de relever beaucoup de défis notamment la réalisation des évaluations internationales des apprentissages à travers une grande réforme du PASEC et la mise en place de l’Observatoire de la qualité de l’éducation. La Secrétaire générale a témoigné de sa satisfaction face à ce bilan, dans la mesure où, dira-t-elle, « pendant les 4 années de mon mandat, j’ai eu une attention quotidienne et un souci constant d’une Francophonie qui contribue de façon concrète aux efforts internationaux et aux politiques nationales en matière d’éducation et de formation ».

Pour étayer ses propos, la Secrétaire générale de la Francophonie a fait cas des programmes innovants mis en œuvre dans le secteur de l’éducation de base, de l’enseignement en langues nationales et en français, de la gestion et la régulation des systèmes éducatifs et de l’enseignement technique et professionnel. L’OIF a toujours pu compter sur l’implication personnelle et sur le plein engagement du Secrétaire général de la CONFEMEN et la création de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation (IFEF) en est la preuve, fera remarquer la Secrétaire générale de la Francophonie. « Votre approche fédératrice et votre volonté de dialogue ont permis de franchir tous les obstacles et de travailler main dans la main et c’est ce qu’il va falloir continuer à cultiver » ajoutera-t-elle.

En saluant la contribution de tous les membres de la CONFEMEN aussi bien au niveau du Secrétariat technique permanent qu’au niveau des pays, Mme Michaëlle Jean s’adresse à M. KI Boureima Jacques en ces termes : « votre contribution aux politiques éducatives a été remarquable, en particulier en ce qui concerne la réussite de la réforme du PASEC, la mise en place de l’Observatoire de la qualité de l’Education et le renforcement de la visibilité et de la notoriété de la CONFEMEN au niveau international. Je tiens à vous dire combien la Francophonie vous félicite et vous remercie très chaleureusement pour votre dévouement ».

Médaille dédiée à tous les enseignants, les apprenants et les autres acteurs de l’éducation

Le Secrétaire général de la CONFEMEN, tout en affirmant que l’éducation est la clef de la réussite, a dédié cette médaille à tous les enseignants, du préscolaire au supérieur ; à tous les apprenants, en particulier les filles et les femmes en quête du savoir. Cette dédicace est faite également à tous les autres acteurs de l’éducation : les décideurs, les experts, les partenaires techniques et financiers, les chercheurs, les parents d’élèves, les organisations de la société civile, les correspondants nationaux de la CONFEMEN, les membres des équipes nationales du PASEC et de l’Observatoire de la qualité de l’éducation.

Pour M. KI, c’est sa modeste personne qui reçoit la médaille, mais c’est le monde de l’Education qui a été honoré par la Secrétaire générale de la Francophonie. De son point de vue, il n’y a pas meilleure motivation et meilleure interpellation d’aller de l’avant. « C’est la preuve que ce que nous faisons chaque jour est observé et apprécié par les plus hautes autorités. Nous sommes tous invités à aider les enfants à aller et à réussir à l’école. Mettons-nous à l’école de la réussite et le monde changera » dira le Secrétaire général de la CONFEMEN.

Le Secrétaire général de la CONFEMEN a lui également reconnu que la réforme du PASEC a été une réussite. A travers cette réforme, la CONFEMEN a renforcé les missions du PASEC qui est passé d’un programme d’évaluation nationale à un programme d’évaluation  internationale « qui rayonne aujourd’hui à travers le monde entier et qui est même qualifié par certains comme le programme d’évaluation le plus crédible du continent africain. Il est donc nécessaire de l’accompagner et de le soutenir ».

En plus, il a souligné les enjeux et l’importance de l’Observatoire de la qualité de l’éducation mis en place sous son mandat. Pour lui, il s’agissait d’apporter une réponse et une contribution à l’amélioration de la qualité de l’éducation après le bilan de l’EPT qui reconnait que l’accent a été mis sur l’accès et qu’il convenait désormais de mettre beaucoup plus d’accent sur la qualité.

Le Secrétaire général de la CONFEMEN a tenu à parler de deux autres actions importantes de la CONFEMEN. Il s’agit d’abord de la production de connaissances en sciences de l’éducation à travers la publication des documents de réflexion et d’orientation qui dégagent des pistes de réflexion et d’actions pour l’amélioration des politiques éducatives. Il s’agit ensuite de l’adoption de l’appel de Rabat à l’issue du séminaire sur le financement de l’éducation. A travers les conclusions de ce séminaire, la CONFEMEN apporte des solutions à l’épineuse question du financement de l’éducation de manière durable.

Boureima Jacques KI a terminé ses propos en réitérant ses remerciements à la Secrétaire générale de la Francophonie pour toute la considération et pour tout ce qu’elle a fait pour le développement du capital humain au cours de son mandat à la tête de la Francophonie et pendant ses responsabilités antérieures.

Lien Permanent pour cet article : http://www.confemen.org/10864/medaille-senghor-la-plus-haute-distinction-de-la-francophonie-decernee-a-boureima-jacques-ki-secretaire-general-de-la-confemen/