«

»

Observatoire de la qualité de l’éducation : Atelier de validation du premier rapport périodique et de formulation de la phase 2

Restitution premier rapport observatoireLa CONFEMEN a organisé du 21 au 23 novembre 2018 à Saly, un atelier de restitution et de validation du 1er rapport périodique de l’Observatoire de la qualité de l’éducation (OQÉ). Cet atelier a aussi été l’occasion de formuler la phase 2 de ce programme de la CONFEMEN et d’en dresser les perspectives. Cette rencontre fait suite à la réunion avec des partenaires techniques en mars 2015 et à l’atelier qui a réuni les représentants des pays et des partenaires autour du projet-pilote en novembre 2016.

Le discours d’ouverture a été prononcé par le Secrétaire général, M. Boureima Jacques KI en présence des représentants du corps diplomatique, des Institutions partenaires, et des pays membres du projet-pilote de l’OQÉ ainsi que des membres du Secrétariat technique permanent. « Le projet pilote de l’Observatoire de la qualité de l’éducation a fait partie des points importants discutés lors des dernières Conférences ministérielles de la CONFEMEN. Au cours de la 58e session ministérielle tenue en mai 2018 au Canada Nouveau-Brunswick, les ministres ont apprécié la qualité du travail réalisé et validé le rapport de l’Observatoire sous réserve de sa finalisation », c’est en ces termes que le Secrétaire général a dit toute l’importance du projet pilote de l’Observatoire et la nécessité de cet atelier de restitution et de validation.

Les travaux ont débuté par une présentation du bilan de la phase pilote de l’OQÉ. Cette phase pilote a connu un succès illustré par la contribution effective de tous les pays membres, mais également des difficultés liées au financement et à la collecte de données. Des échanges sur de nouvelles pistes de réflexion ont émergé afin d’améliorer certains points notamment en mettant l’accent sur l’aspect qualitatif des données, en incluant le préscolaire, la problématique de la langue d’apprentissage ainsi que l’éducation physique et sportive. À la suite du bilan, le rapport périodique a été également présenté par les membres de l’équipe de l’OQÉ aux participants pour susciter des échanges et des commentaires en vue de sa finalisation. À cet effet, les participants ont été répartis en deux groupes composés chacun des représentants des pays qui ont participé à cette phase pilote ainsi que des partenaires de la CONFEMEN dans le cadre de ce programme.

Dans la dynamique de s’enquérir des expériences des observatoires déjà existantes, trois présentations ont été faites par des partenaires de la CONFEMEN. Il s’agit du projet développé par l’IIPE-Pôle de Dakar concernant le pilotage de la qualité de l’éducation dans les pays d’Afrique subsaharienne ; de l’Observatoire de la Parité du Sénégal qui a pour rôle principal d’observer le niveau de parité dans les différents secteurs socioéconomiques du pays ; et des observatoires régionaux de la qualité de l’éducation permettant d’examiner la qualité de l’éducation au niveau local au Sénégal et mis en place par la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP).

Sur les perspectives de l’Observatoire de la Qualité de l’Éducation, il ressort de cet atelier : 1) la volonté de constituer un comité d’experts en charge de la validation des données et plus généralement des travaux de l’OQÉ, 2) l’élargissement du projet aux quinze pays PASEC en plus du  Liban et de Maurice, 3) la nécessité de définir un modèle économique permettant d’assurer la durabilité du projet.

Dans son discours de clôture, le Secrétaire général a exprimé sa satisfaction vis-à-vis des conclusions des travaux qui ont permis de finaliser le rapport en prenant en compte les orientations de la 58e conférence ministérielle. Il a souligné que tout début est difficile surtout la question de financement, invitant l’ensemble des participants à poursuivre leur engagement, à surmonter les épreuves et à faire de cet outil un organe contribuant à améliorer la qualité de l’éducation dans les pays membres.

Rappelons pour finir que l’Observatoire est un programme qui s’appuie sur les analyses du PASEC et sur les résultats d’autres enquêtes institutionnelles, pour analyser la qualité de l’éducation selon sept déterminants : 1) l’efficacité interne du système, 2) les enseignants (recrutement, formation, motivation, utilisation), 3) l’environnement scolaire, 4) l’équité, 5)  la gouvernance du secteur éducation (système, écoles et établissements, décentration, dialogue social), 6) le financement, 7) l’efficacité externe du système éducatif.

Le premier rapport périodique de l’Observatoire a concerné huit pays, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Île Maurice, le Liban, Madagascar, le Mali, la RD Congo et le Sénégal. Il dresse une cartographie de la qualité de l’éducation dans ces huit pays et formule quelques recommandations fortes parmi lesquelles : 1) renforcer la collecte et améliorer la qualité des données relatives à l’éducation, 2) traiter avec une forte volonté politique le décrochage scolaire, 3) généraliser l’accès à l’éducation et à la protection de la petite enfance, 4) améliorer la qualité de la formation des enseignants et 5) affecter des ressources financières suffisantes au secteur et assurer une répartition équitable entre les différents sous-secteurs (éducation et protection de la petite enfance, primaire, secondaire, supérieur).

Lien Permanent pour cet article : http://www.confemen.org/10892/observatoire-de-la-qualite-de-leducation-atelier-de-validation-du-premier-rapport-periodique-et-de-formulation-de-la-phase-2/