Visite du Directeur de l’IFEF à la CONFEMEN
24 février 2017
Recrutement
7 mars 2017

Restitution des résultats nationaux de PASEC2014 au Sénégal

PASEC2014-SénégalLe ministère de l’éducation nationale du Sénégal a organisé le 14 février 2014, à Dakar, un atelier de partage des résultats nationaux de l’évaluation internationale PASEC2014. À l’instar des autres pays qui ont participé à cette évaluation, l’objectif de la participation du Sénégal à PASEC2014 est d’apprécier le niveau d’efficacité et d’équité du sous-secteur primaire notamment en ce qui concerne le niveau de maîtrise des élèves sur des connaissances et compétences fondamentales en début et fin de primaire. Les données et analyses produites permettent également d’identifier les facteurs de performance et de contre-performance sur lesquels il convient d’agir pour améliorer l’offre éducative.

L’atelier était présidé par le ministre de l’éducation nationale, M. Serigne Mbaye Thiam qui a fait remarquer que la formation de ressources humaines de qualité est une des finalités du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (PAQUET, 2013-2025) et constitue un axe central du Plan Sénégal émergent (PSE). Pour le ministre, la quête d’une éducation de qualité passe par l’édification d’un système d’évaluation holistique et rigoureux apte à fournir des informations susceptibles d’améliorer le pilotage du système éducatif.

La rencontre a réuni une soixantaine de participants composés notamment de responsables et cadres du ministère du niveau central et des structures déconcentrées, de syndicats d’enseignants, d’inspecteurs, de directeurs d’école ainsi que des représentants des ONG, de la fédération des parents d’élèves, des organisations internationales et de la société civile.

Un Conseiller technique du PASEC a expliqué la méthodologie de l’évaluation internationale du PASEC. Les résultats de l’évaluation pour le Sénégal ont été présentés par le responsable de l’équipe nationale PASEC. Les intervenants ont salué la qualité du rapport et félicité la CONFEMEN, à travers son programme ainsi que les membres de l’équipe nationale PASEC pour les résultats obtenus.

L’enquête menée au Sénégal a touché plus de 3 700 élèves répartis dans 160 écoles. Les résultats montrent qu’en début de cycle,  71,1% des élèves sont en dessous du seuil «suffisant» en langue et 37,7% en dessous du seuil «suffisant» en mathématique. En fin de cycle, 38,8% des élèves sont en dessous du seuil «suffisant» en lecture et 41,2% sont en dessous du seuil «suffisant» en mathématiques. En rappel, le seuil « suffisant » de compétences permet de déterminer la part des élèves qui ont une plus grande probabilité de maîtriser ou non les connaissances et compétences jugées indispensables pour poursuivre leur scolarité dans de bonnes conditions.

Mettre en œuvre un plan d’action pour réduire les disparités entre régions

En termes de constats, de grandes disparités sont relevées entre les régions au niveau des compétences des élèves en début et en fin de scolarité primaire. Une partie des élèves défavorisés parviennent à surmonter les effets de leur origine socioéconomique pour obtenir des performances élevées, il convient de s’interroger sur le profil et les conditions de scolarisation de ces élèves atypiques. Des disparités de performances sont également relevées entre les écoles publiques et les écoles privées en faveur des dernières. En général, les filles sont moins performantes en mathématiques en fin du primaire que les garçons. Cependant, on ne relève pas de différence de performance entre les filles et les garçons en lecture.

Un autre constat du rapport national du Sénégal est que le redoublement ne joue pas son rôle qui est de permettre aux élèves de rattraper leur retard académique. Il est également noté qu’au Sénégal, le niveau socioéconomique et l’indice d’équipement scolaire sont parmi les plus favorables des 10 pays participant à l’évaluation PASEC2014.

Face à ces résultats et aux constats, deux principales pistes de réflexions et d’action ont été formulées: (1) renforcer les compétences de tous les élèves en langue-lecture et en mathématiques tout au long de l’éducation de base pour réduire les inégalités de réussite entre les élèves, les écoles et les régions ; (2) promouvoir l’utilisation des données sur les apprentissages dans le suivi des politiques éducatives pour assurer un meilleur pilotage du système éducatif. Ces deux principaux points sont traduits en une quinzaine de pistes d’action dont la prise en compte pourra contribuer à la réalisation de l’objectif d’éducation inclusive et de qualité pour tous.

Tous les enfants ont le même droit

Réagissant à la présentation des résultats, le ministre de l’Éducation nationale a posé le problème sous l’angle de la responsabilité qui amène à se poser cette question : comment prendre en charge tous ces enfants qui sont en dessous du seuil suffisant ? Pour le ministre, l’un des principaux défis est celui de l’équité dans la qualité dans la mesure où tous les enfants ont le même droit. Cette disparité entre les grandes régions comme Dakar et les autres régions n’est pas acceptable dira-t-il.  C’est pourquoi M. Serigne Mbaye Thiam a appelé à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un plan d’action pour réduire les disparités entre les régions.

Parlant de la prochaine évaluation (PASEC2019), le ministre de l’Éducation nationale a invité les pays participants et la CONFEMEN à prendre en compte deux défis : le défi de l’échantillonnage des écoles qui doit permettre de faire des analyses jusqu’au niveau des « académies » et le défi de la production et de la publication des rapports nationaux dans un délai plus court que celui constaté avec l’évaluation PASEC2014.

La CONFEMEN qui a participé à cet atelier n’a pas manqué de remercier le ministre de l’Éducation nationale du Sénégal pour sa disponibilité tout au long du processus de l’évaluation et pour la culture d’évaluation instaurée au Sénégal. La CONFEMEN a également salué la disponibilité du ministre à faire mener une communication décentralisée autour des résultats de cette évaluation. En effet, les résultats du rapport national seront diffusés au cours des prochaines semaines à travers des réunions débats dans les régions.

En attendant la deuxième évaluation PASEC2019, la CONFEMEN est persuadée que le Sénégal prendra en compte les résultats de l’évaluation PASEC2014 dans la mise en œuvre du PAQUET et ne ménagera aucun effort pour la réussite de l’Observatoire de la qualité de l’Éducation dont il fait partie des huit (08) pays membres du projet pilote.

Consulter le rapport national PASEC2014 du Sénégal

PASEC2014-Senegal3      PASEC2014-Senegal1